http://cfa-eve.fr/media/Effectifs.html http://www.dakhla-hotel-sahara.com/img/nav.html http://ville-orange.fr/swf/avis/ http://monsieur-le-chien.fr/blog/cron.php https://lafederationdefense.fr/wp-content/plugins/addthis/addthis-tool.php http://www.leclubdesad.org/fr/priv/set.php http://www.mairie-saintnazaire.fr/refonte/dev/ext/ http://metro-num.com/infolettre/e-mailing3.html
Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cet article Imprimer cet article Envoyer cet article Envoyer cet article

Théâtre : interview de Yann Blanchard, metteur en scène de la troupe « Les comédiens de l’Estuaire » .

Il paraît que vous avez changé de boutique cette année ?
Oui je viens de prendre ma retraite ; j’ai quitté la capitale pour retrouver ma chère et tendre en province ; forcément je ne jouais plus avec les Am’acteurs. J’ai retrouvé une troupe sur Saint-Georges–de-Didone qui souhaitait, depuis quelques années, que je travaille avec eux, je les ai donc rejoins avec grand bonheur.

_MG_8580

Comment s’appelle cette troupe ?
Les comédiens de l’estuaire. C’est une troupe qui existe depuis 2008 et qui a été créée par Jacques Baudoin. C’est un personnage qu’il faut rencontrer ; fan de la RENATHÉA
depuis une quinzaine d’années , il vient à chaque représentation, fait des photos et des films pour les troupes.

Qu’allez-vous jouer cette année ?
 » Manigances pour un butin « . C’est l’histoire d’un couple qui n’a pas trop d’argent. Lui est plutôt gentil et rêveur. Il ne rêve que d’une chose, c’est trouver l’objet qui va lui faire gagner de l’argent. Mais il n’est pas seul ; il a une maîtresse-femme qui le guide et il en a bien besoin. Par un concours de circonstances, un héritage de 150 millions de dollars lui tombe sur la tête. Il y a juste un problème :
il faut que sa soeur jumelle soit présente… sauf qu’elle a disparu en Pentagonie du sud-est. Comme sa femme est très, très intelligente, elle lui susurre à l’oreille, qu’il ressemble beaucoup à sa sœur jumelle. Je vous laisse les trois points de suspension pour venir découvrir la pièce…

_MG_8529

Pourquoi ce choix ?
En arrivant ici, j’ai pris la responsabilité de mettre en scène la pièce. Beaucoup de gens me connaissent dans le théâtre amateur avec la RENATHÉA. Je savais donc que j’étais un peu attendu au tournant. J’ai choisi une pièce qui n’est pas obligatoirement facile à jouer ; elle devait faire rire, élément important surtout lorsqu’on travaille avec les communes aux alentours, elles en ont besoin. L’effectif étant réduit, la pièce ne devait comporter que peu de rôles. Je ne souhaitais pas repartir avec des comédiens que je ne connaissais pas. Pour moi une troupe c’est une famille, c’est une complicité et ça se travaille. J’ai donc fait une sélection rigoureuse au niveau du casting. Je n’attends pas des comédiens de haut vol mais j’attends des comédiens prêts à partager.

_MG_8517

 


Ce sont les 30 ans de la RENATHÉA, pouvez-vous partager 2 ou 3 souvenirs ?

Le premier : lors de ma première participation, j’ai découvert comme un gamin le théâtre, parce que c’était ma première fois. C’était en 2001 et on avait joué  » Ma femme s’appelle Maurice  » où j’avais le rôle de monsieur Trou à balle ; je jouais un bourge complètement c.. et j’avais un quart d’heure de rôle. Quel plaisir de découvrir des troupes, du théâtre, dans le milieu que tu aimes.
En second, de nouveau avec  » Ma femme s’appelle
Maurice  » 10 ans plus tard, où là j’avais le rôle de Maurice et un beau duo avec mon complice de 15 ans, Francis ; c’était extraordinaire.
Le troisième, c’est lorsqu’on a joué TOC TOC, qui a demandé un boulot de folie, parce que c’est une pièce très difficile quoi qu’on en dise ; jouer sur scène et au tac au tac en permanence et au cordeau, n’était pas facile. De plus, au delà du comique, ressort un réel message concernant le handicap et la manière de le vivre.

Si on devait résumer la RENATHÉA en un mot, qu’est-ce que ce serait pour vous ?
Le partage.

AFFICHE